mardi 25 octobre 2016

Un poème de Patricia LARANCO, LA DISTANCE.


Que trouverai-je jamais, sinon
la distance ?...
La séparation,
brèche de l’incomplet,
l’horizon en recul
dès qu’on marche vers lui
et ces cris
surmuets
qui tentent en vain
d’emplir ?
Trouverai-je jamais
autre chose que le
manque l’inassouvi
l’hésitation pulsée
plantée au cœur de l’être ?
Faut-il croire en l’éveil,
ce songe déguisé,
ce mensonge habitant
la pulpe du réel ?
où se trouve le Plein
dans l’éphémère ailé,
et peut-on avoir foi
en le temps membraneux
mais encore plus fin que le papier de soie ?



Peut-être que j’écris
pour donner de la chair,
pour conférer du corps au monde évanescent,
mobile comme un leurre ;
pour le scarifier,
le tatouer de mots
qui dans les faits ne font qu’ajouter
un surplus
d’inconsistance à ce qui déjà
inexiste







Patricia Laranco.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire