mardi 14 juillet 2020

Canada (Environnement) : le déversement de trop.






L'oléoduc Trans Mountain vient de laisser échapper 190 000 litres de pétrole extrait des sables bitumineux, sur les terres des Premières nations au Canada.



L'assurance de l'oléoduc arrive bientôt à échéance. Demandez à Zurich de ne pas renouveler la police de ce projet de destruction du climat.










































Le mois dernier, l'oléoduc Trans Mountain a laissé échapper 190 000 litres de pétrole extrait des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'en Colombie-Britannique au Canada.

Le déversement s'est produit près des lieux de sépulture sacrés de la Première nation Sumas, marquant la 85 fois que l'oléoduc fuit dans les 10 dernières années.

Déjà, depuis le lancement de la campagne la semaine dernière, deux grands assureurs allemands - Talanx et Munich - se sont engagés à ne pas renouveler l'assurance de l'oléoduc Trans Mountain. Nous devons maintenant utiliser cette excellente nouvelle pour faire pression sur Zurich, Lloyd's et d'autres compagnies pour qu'elles suivent le bal.








Malheureusement pour notre planète, le gouvernement du Canada planifie d'augmenter la capacité de l'oléoduc Trans Mountain - un projet téméraire qui augmenterait le trafic de pétroliers dans la mer des Salish de 700%, mettant en danger la population d’orques résidentes du Sud, déjà en difficulté.

Et si vous pensez que la pandémie mondiale et les prix record de l’essence mettraient un terme aux projets de construction de Trans Mountain, détrompez-vous : malgré les mesures de distanciation sociale, la construction de cet oléoduc destructeur de climat a déjà commencé. Le début de la construction est également marqué par l'installation de "camps d'hommes" qui ont été liés à des violences contre les femmes autochtones et à la propagation de la COVID-19 dans les communautés des Premières nations.

Les compagnies d'assurance détiennent la clé pour arrêter ce pipeline : si l’oléoduc ne peut pas faire payer des sociétés pour le nettoyage de ses déversements, il ne peut pas fonctionner. C’est maintenant, alors que la construction s'accélère et après le déversement du week-end dernier, qu’il est temps de dire aux compagnies d'assurance de mettre leurs paroles en pratique. En ne renouvelant pas cet été l'assurance du pipeline peu étanche Trans Mountain, elles enverront un message clair comme quoi elles cesseront d'assurer ces projets dangereux.








SumOfUs travaille avec les défenseurs des terres autochtones pour arrêter les pipelines, et nous savons que notre soutien compte. Grâce à des milliers de membres généreux comme vous, nous avons soutenu les défenseurs de la terre et de l'eau sur l'île de Lelu dans leur lutte pour obtenir que Petronas se retire de son projet de GNLMaintenant, arrêtons  l’oléoduc Trans Mountain une fois pour toutes.












Merci pour tout ce que vous faites,





Angus et l'équipe SumOfUs.












































**********
















































Plus d'informations :











































France : Pour que les BRUITS DE LA CAMPAGNE soient définitivement DÉFENDUS.







MesOpinions.com : le site de pétition et sondage en ligne
Alerte Mobilisation !

Bruits de la campagne : que les gens prennent leur responsabilités et qu'ils assument leurs décisions et leurs actes.
Bruit de la campagne : que les gens prennent leur responsabilités et qu'ils assument leur décisions et leurs actes.
    Signez la pétition    
Il y a un nombre toujours grandissant d'arrêtés de lois et de décisions municipales menaçant les personnes habitant à la campagne et ayant des animaux  de représailles, d'amendes, de poursuites, ou mieux, d'abattage de ces animaux pour la raison stupide que des gens qui habitent à la ville mais ont décidé de venir à la campagne pour le calme, sans se douter un instant que la campagne ne leur a pas demandé de venir, qu'elle se porte tout à fait bien sans eux, parce que ces animaux font du bruit en vivant naturellement - déposent des plaintes. *

Un coq cocoricorise chaque matin et les gens de la campagne l'ont accepté.

Un âne braie quand il a envie de braire.

Un chien aboie, parfois de temps en temps et parfois trop, mais il est chez lui et il a besoin peut-être de dire quelque chose.

Un chat miaule et traverse le jardin de ces "villageois" qui sont venus chez lui sans lui demander la permission, parce qu'ils ont de l'argent pour acheter un bout de terrain qui était squatté par le chat auparavant.

Un chat va partout où il a envie d'aller.

La campagne c'est la campagne avec ses pour et ses contre.

Tout n'est pas parfait à la campagne. Cela sent la campagne, cela fait le bruit de la campagne, il pleut aussi à la campagne, et les gens sont parfois un peu plus rustres qu'à la ville. Et ça, ce n'est même pas prouvé.

Je soutien la demande de création du Patrimoine sensoriel des campagnes.

Cette proposition de loi vise à protéger les ruraux des actions juridiques engagées contre les "bruits et les effluves" de la campagne, au nom de "troubles anormaux du voisinage".



https://www.msn.com/fr-fr/actualite/insolite/le-chant-du-coq-bient%C3%B4t-class%C3%A9-patrimoine-sensoriel-des-campagnes/ar-BBZfDlR



Le chant du coq bientôt classé "patrimoine sensoriel des campagnes" ?

Je demande à la justice d'arrêter d'être stupide en condamnant des coqs à se taire ou à mourir, des ânes à ne plus braire, le fumier à ne plus sentir le fumier, et les tracteurs à rouler sans bruit.

Je demande à la justice de bien vouloir considérer la campagne comme étant la campagne et de ne même pas enregistrer de plainte du genre : "je ne tolère plus le bruit du coq de mon voisin".

Je demande également que les gens commencent à arrêter d'être stupides et commencent aussi à parler entre eux sans l'intermédiaire de la justice qui a autre chose à faire que de punir une vache parce qu'elle a fait une bouse qui a éclaboussé la jante de la belle voiture du monsieur de la ville.

Je demande simplement que les gens commencent à être un peu moins stupides. Et ça, je sais que c'est difficile.
    Signez la pétition    
Informez vos amis de ce combat citoyen :

Equateur : Protégeons les PEUPLES INDIGÈNES de l’Amazonie de la pandémie de COVID-19 !




Il suffit d'un clic


Bonjour,




En Équateur, la pandémie de COVID-19 continue de sévir, le gouvernement faisant état de 50 915 cas confirmés et d’un nombre de morts s’élevant à 4 246 sur une population totale de 17 millions d’habitant·e·s.

Dans contexte préoccupant, les peuples indigènes de l’Amazonie équatorienne sont particulièrement vulnérables, confrontés à un risque accru par le manque d’accès à l’eau potable, aux sources de nourriture, aux fournitures médicales, aux services de santé et aux tests de détection du COVID-19, mais aussi par les dévastations environnementales qu’ils subissent, et dont les responsables demeurent impunis.

Face à cette situation des plus préoccupantes, il est urgent de réclamer la protection des droits des populations autochtones, et d’appeler le président de l’Équateur à prendre des mesures immédiates et efficaces pour empêcher une recrudescence des contaminations. Faites pression sur le gouvernement équatorien en signant notre pétition !






JE SIGNE
Si vous ne voulez pas où ne pouvez pas utiliser notre système de signature automatique, vous pouvez cliquer ici pour accéder à la pétition.
 
Visual Separator
 
 
Visual Separator
AMNESTY INTERNATIONAL BELGIQUE FRANCOPHONE
169 CHAUSSÉE DE WAVRE | 1050 BRUXELLES
TEL : 02/538.81.77 | COMPTE : BE85 0012 0000 7006

















L'AGENCE MEDIA-PALESTINE.





Images invisibles? Cliquez ici...


Israël/Territoires Palestiniens occupés: 10 choses à savoir sur l’annexion

"Amnesty International a clairement fait savoir que le projet de l’administration de Donald Trump ne ferait qu’aggraver les violations des droits humains et entériner l’impunité déjà bien ancrée qui alimente depuis des décennies les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et autres graves violations.

D’après certaines informations, la proposition israélienne pourrait concerner pas moins de 33 % de la surface totale de la Cisjordanie.

Voici 10 choses à savoir sur l’annexion."





Lire la suite sur le site de l'Agence.











« Un régime illégitime » : comment un groupe de défense des droits humains de premier plan se débarrasse des mythes israéliens pour reconnaître l’apartheid

Dans un interview exclusif, Michael Sfard, avocat spécialiste des droits humains, explique ce qui a conduit Yesh Din à accuser Israël du crime d’apartheid en Cisjordanie.

Lorsqu’il était un jeune avocat des droits humains prometteur, il y a une vingtaine d’années, Michael Sfard rejetait avec véhémence le mot « apartheid » pour décrire le régime militaire d’Israël en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza. Tout en étant un critique farouche de l’occupation, dédiant sa carrière à la défense des droits palestiniens, il se disait que « les mots avaient de l’importance » et que l’occupation, tout en étant profondément injuste, était encore une structure temporaire qui pourrait être renversée à l’aide du droit international.

Des années plus tard, Sfard — maintenant un avocat renommé — a complètement changé de discours.

Dans ce qui pourrait marquer un moment important dans le discours public israélien, l’ONG de défense des droits humains Yesh Din a publié jeudi un avis juridique détaillé, rédigé principalement par Sfard (qui sert de conseil juridique à l’organisation), arguant que l’occupation depuis 53 ans d’Israël en Cisjordanie constitue un « régime d’apartheid ».






Lire la suite de cette interview en date du 9 juillet dernier sur le site de l'Agence.






A lire aussi sur ce sujet sur le site de l'Agence, cette interview de l'analyste palestinien Tareq Baconi en date du 1er juillet dernier : 







Toujours sur le site de l'Agence, cet article de la journaliste Maureen Clare Murphy d'Electronic Intifada en date du 7 juillet dernier :













15 raisons de soutenir le mouvement pour les droits des Palestiniens

Par le Comité national palestinien du BDS (BNC), le 9 juillet 2020

Voici 15 raisons de soutenir le mouvement BDS pour les droits des Palestiniens à l’occasion de son 15e anniversaire :












ARDI : le premier concept store aux saveurs palestiniennes à Paris !


Par l’Agence Média Palestine, le 3 juillet 2020

Restaurant-traiteur traditionnel palestinien, café culturel, épicerie fine, Ardi est un nouveau concept store qui vient d’ouvrir à Paris. Un festival de saveurs qui vous fera voyager et découvrir la culture palestinienne à travers la gastronomie, le chant et la danse et bien plus encore. Parisiens ou simplement de passage à Paris, venez découvrir ce petit havre de paix !






Lire la suite de cet article sur le site de l'Agence.






A lire aussi sur le site de l'Agence cet article en date du 8 juillet dernier :







Et cette déclaration du Palestine Film Institute en date de ce 14 juillet :











L'Agence Média Palestine a besoin de votre soutien !

Faire un don à l'Agence
Agence Media Palestine




Si vous souhaitez prendre contact avec nous ou nous transmettre une information, n'hésitez pas à nous contacter par e-mail à :