samedi 5 octobre 2013

" LE CONTREPET ", texte oulipien de Patricia LARANCO.

De la même façon qu'il y a la matière et 

l'antimatière, il y a le pet et le contre-pet. 

Qui est le contrepied du pet. Qui lui fait 

aussi contrepoids.

Si le contre-pet est contrepied et 

contrepoids, le pet est poids, et par la 

même occasion pied.

Parlons donc maintenant du poids du 

pied. Du pied à poils. Du poil au pied.


Du poids du poil. Du poids qui poisse. Du 

poil qui pousse. Et ainsi de suite...

Du poil du Q. Du pied de porc. Du porc 

épique. Du lard du porc. Du lard du Q. Du 

pied de grue. Des Q sur pieds. Des Q de 

grues. Des Q-surpoids.

Le porc est lard. L'art est un port. Un pied-

de-nez. Un nez à poils. Né quelque part. 

Né du néant. Né-andertal. Un pied au Q. 

Par chat botté.

Un pied botté...ou un pied-bot. Un chat 

botté. Un chapeauté ? En gros sabots ?

Un saboteur ? De la beauté ? Âne bâté ? 

Âne buté ? Âne hébété ? En robe à pois ?

Les petits pois ont-ils un poids ? Les 

petits pois ont-ils un  pied ? Le pois 

est-il antipoison ? Y a-t-il des pieds aux 

antipodes ?

Qu'est-ce qu'on en tire, de l'anti ?

Aux antipodes de vos pieds...y aurait-il 

des petits pois ? Des pieds de vigne ? 

Des pieds nus ...des pieds de guerre...des 

pieds plats ?

Des pieds plats, sur des plats pays...des 

plages pleines de pavés...des piétailles 

piégées...des prières devant Piéta ?

Des pierrailles et des rails...des rapières 

rapiécées...des soupières 

soupesées...des soupirs en le soupirail ?

Et puis...tout bonnement, des sous !

Des sous, des pièces de monnaie...mais 

pas de monnaie de guenon. Des tas de 

sous, des petits sous...des sous-francs 

parfois en souffrance...que l'on serre 

dans la soupente...histoire de mieux 

souper...et de lancer des pets au 

ciel...des pets épais, sans contrepoids. 

Comme on lance des coups de pied.



P.Laranco.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire