samedi 18 août 2018

Gillian GENEVIÈVE, de l'Île Maurice.



J’ai été peintre mais je n’avais aucune foi dans mon histoire et dans mon devenir ; il faut avoir vécu et pouvoir se fier à l’avenir pour avoir la prétention de se dire démiurge.

Mais mon passé est sans intérêt, demain n’existe pas encore - et je ne l’attends pas - et j’ai du mal à percevoir le sillage de ce présent trop pudique chargé de l’inutile et du poids des âges.

Alors, je ne peins plus et je me suis assis pour mimer le vide et le silence.

Et, à défaut du pinceau absent, sans vraiment de talent, je balafre le canevas des traits de l’invisible et des prémices de la mort.





















Gillian GENEVIÈVE.







Aucun commentaire:

Publier un commentaire