samedi 25 août 2018

Un beau poème de l'haïtien Claude Sterlin ROZEMA.





on partage 
le long des espaliers
une certaine épiphanie 
comme un jouet d’enfant
dans l’obscurité perchée
sur le bord du monde
*
imagine la suite 
là où va s’embraser la représentation
en glissade légère
-
imagine 
une toile dévastée
à l'horizon arachnéen 
comme une pellicule 
avec des plans à peine posés 
dans un jeu flou d’ailes étendues
*
c’est la saison des exubérances
testaments des textes d'amants 
en plein vent de flammèches
*
*

















Claude Sterlin ROZEMA

23/08/2018




















All rights reserved.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire